Guilde RP du serveur Kirin Tor sur WOW
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Maison FOSSARD au fil des jours

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kiel d'Althain

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 02/06/2018

MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   Dim 24 Juin - 10:36

Enfin ! Enfin la fin des travaux tant attendue ! Les hommes d'Arzen avait travaillé dur, sous l'ardent soleil du sud, pour achever la construction du troisième enclos pour les bêtes les plus sauvages. Malgré les difficultés d'assemblage et la vitesse nécessairement bridée pour couler les plaques de véracier, l'oeuvre avait su trouver son rythme et une fin tard dans l'après-midi d'hier. Une bonne heure pour préparer une petite fête entre travailleurs et membres du domaine, où la bonne chère rustique d'Alterac avait été apportée pour sustenter tout le monde. A minuit tout le monde avait regagné son lit pour se préparer au rangement demain et au retour au pays.

Une affaire rondement menée, le contremaître lâchant également une bonne nouvelle, une reprise de contact de la Famille ducale concernant leur commande dans les prochaines semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La pie raconteuse

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   Ven 29 Juin - 13:57



Mais quel bazar !!!

Toute la Maison Fossard était en émoi depuis le retour du Grand Marché du mardi. En effet les jumelles, accompagnées de Lysange, avaient présenté des Raptors récemment dressés, comme il avait été convenu par l’intendant et les organisateurs du marché en début de mois, et voilà que les trois femmes avaient été menacées, intimidées, insultées et même agressées, du moins en intentions, par un paquet de nains belliqueux de la Guilde du Fer.

Sous prétexte que l’un d’entre eux, copiant lamentablement le projet d’Oscar Fossard de vendre des bêtes du monde entier, était venu avec des chèvres, il n’acceptait pas de voir les jumelles vendre les Raptors en arguant qu’il était détenteur d’un droit sur la vente de bêtes exotiques.

Il y avait eu attroupement, menaces de mort à l’encontre des bêtes, intimidations des jumelles, trahison de l’organisatrice elle même intimidée par le nain, tentative de soudoyer Lysange, intervention de la Garde Urbaine... nul doute que le spectacle de la Maison Fossard, injustement attaquée par la Guilde du Fer, avait créé une animation digne des spectacles de Grand Guignol donnés aux enfants de la ville certains soirs de fête.

En dehors du fait qu’une chèvre bénéficie pour la Guilde du Fer du label « exotique » avait de quoi amuser la galerie pendant un bon moment, le retour au domaine avait été l’occasion pour l’ensemble des employés encore présents d’une bonne rigolade teintée néanmoins d’un mépris profond pour l’attitude décidément atterrante des nains du Fer.

Pire ! Le lendemain soir, les deux jumelles s’étant octroyé une petite sortie en ville, avaient été repérées par les cognars du Fer et probablement poursuivies jusqu’à la Chope, puis volontairement provoquées, insultées et même violentées en plein milieu de l’auberge où le videur avait dû finalement intervenir avant qu’ils n’embarquent les jumelles comme de vulgaires sacs. Ils s’en étaient pris à des compatriotes uniquement parce qu’elles avaient présenté des bêtes la veille au marché !!

Tout cela dépassait l’entendement et avait au moins eu pour mérite de faire sortir Monsieur Pignac de sa chambre où il peinait à se remettre du surmenage causé par les travaux.

Dès qu’il avait compris de quoi il retournait, ayant entendu les discours de son assistante puis des jumelles, il avait pris toutes les dispositions nécessaires : rendez vous avec la Chancellerie, la Garde Urbaine, courrier d’alerte au Grand patron et embauche de gardes supplémentaires pour sécuriser le domaine.

Ces nains étaient manifestement dangereux, sans foi ni loi, manipulateurs et vils, voleurs de brevets et de projets, imbus d’eux mêmes et bêtes comme ces masses qu’ils montraient à tout bout de champ en guise de cervelles. Il fallait donc agir en conséquence et opposer la raison à la folie, l’honnêteté à la vilénie et surtout l’intelligence à la bêtise.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La pie raconteuse

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   Lun 2 Juil - 20:26



Les travaux étaient terminés depuis quelques jours et les visites des clients permettaient immanquablement au personnel de faire démonstration de leurs différentes compétences.

Récemment c’étaient le Capitaine des Implacables avec une partie de ses troupes qui avaient pu profiter d’une visite complète du domaine avec présentation des travaux de sellerie, visite aux enclos sécurisés des Raptors dressés par les jumelles Rouge-Baillet, présentation des chevaux en cours de dressage pour la compagnie Marchebruine, passage au chenil où attendait joyeusement le mastiff dressé pour Sire Daniel Varenne, et le fameux puits dont la présence sur le terrain facilitait désormais le travail de tous.

Comme l’avait fait remarqué Demoiselle Delabay au Capitaine Oberon, lors de sa visite, heureusement que les nains Gris-Balastres envoyés par le Duc d’Althain n’avaient rien à voir avec ceux qui les avaient agressés au marché. Non seulement les travaux avaient été parfaitement réalisés, terminés en temps et en heure, mais l’enthousiasme des nains du clan avait permis au personnel de la Maison Fossard de traverser cette période de transition dans la joie et la bonne humeur.

La totalité du domaine était donc maintenant parfaitement prête à accueillir l’ensemble des services et prestations de la Maison Fossard. La devise d’Oscar, stipulant que le dressage était un Art, pouvait désormais s’épanouir à plein. Nul doute que les clients qui continuaient d’affluer assurent désormais à l’entreprise hurleventoise une notoriété florissante, toute à l’image que les clients avaient de l’équipe Fossard, professionnelle, aimable et digne de toute confiance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysange Delabay

avatar

Féminin Messages : 288
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   Jeu 5 Juil - 14:04


C’est légèrement perturbée par les événements récents que Lysange Delabay, collaboratrice de Monsieur Pignac, l’intendant de la Maison Fossard, s’était envolée mercredi matin pour les terres du Nord, avec la mission simple de lui faire un rapport clair et complet de toute l’affaire du marché.

Car si, du côté de la cité et des autorités diverses, tout était désormais clarifié - avec pour Lysange l’évidente mauvaise foi de la plupart des interlocuteurs, voire de la lâcheté et une grande bêtise pour certains- il fallait tout de même prévenir le Grand Patron des avancées diverses de l’entreprise et des retombées de ces événements pour le moins étranges.

Mais Lysange était tout de même plutôt sereine. Car on pouvait dire que du côté de l’équipe Fossard tout avait été réalisé dans les règles professionnelles les plus élémentaires, Lysange elle même ayant pris une bonne part à l’activité commerciale en prenant garde de ne rien faire qui puisse leur être reproché, et tout aurait dû se passer correctement.

Pourtant il apparaissait que certains concurrents faisaient un plagiat éhonté, associé à une intimidation indigne de citoyens de l’Alliance envers des compatriotes, le tout dénotant de méthodes viles que malheureusement peu étaient capables de cerner, de comprendre et de contrer intelligemment.

Il fallait donc prévenir le Grand Patron et surtout lui faire comprendre que si les conséquences de cette « guerre commerciale » pouvaient être désagréables, indéniablement, d’autres s’avéraient par contre très positives, car plusieurs clients, mis au courant, avaient pris fait et cause pour la Maison Fossard et la notoriété ne cessait d’augmenter.

Lysange n’en doutait donc pas, son congé mis à profit par ce petit voyage dans le Nord ne pouvait être que bénéfique pour tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La pie raconteuse

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   Mer 11 Juil - 16:38


A quoi pouvait bien servir les vieux dans les rues et les maisons sinon à colporter toutes sortes de rumeurs vraies ou fausses.  Il se disait dans les faubourgs, aux alentours du domaine Fossard, qu’il y avait eu violation de domicile privé, carrément, et pas par n’importe qui ! Un type qui se croyait plus malin que les autres s’était pointé avec des amis pour venir tenter d’intimider le personnel Fossard.

« Mais siiiiii, j’vous l’dis comme si je l’avais vuuuu !!! C’est c’grand nigaud de Blackbade là !!! Affublé d’un aussi con que lui et de trois nains, de ceux qui emmerdent les braves gens !!!! J’ai tout entendu hier soir !!! » racontait Marthe, l’ancienne boulangère du quartier mage qui vivait non loin de l’ex ferme Wollerton « Comment vous dites ? » demanda Ernestine qui n’avait plus l’oreille aussi fine qu’auparavant. «  M’sieur Blancbeck, c’est bien ça ? ». « Oui ! Blancbeck, Blackblade, tout ça c’est du pareil au même ! ». s’amusa Marthe.

L’attroupement de badauds grandissait autour de la brave Marthe, grande colporteuse de nouvelles en tous genres. Et ça commençait à bien rire parmi les vieux. « Et donc ill a fait quoi ce Blancbeck  avec ses amis ?!?!?!». Marthe était le point de mire de la conversation, ce qui n’était pas pour lui déplaire. « Ils ont escaladé les barrières du domaine à c’brave vieux Pignac dites donc !!!! Et ils sont rentrés d’dans comme si c’était chez eux !!!! ».

Les uns et les autres s’animaient, quand ça sonne le tocsin, les vieux sont toujours les premiers à s’alerter. « C’est y pas une honte !!!! On est plus tranquilles chez soi, dites voir  !!! Va falloir sortir les fourches ! Y’a que ça qu’ils comprennent à c’t’heure ! ». Les vieux s’échauffaient. Et quand ça s’échauffe, un vieux, ça peut devenir bien plus dangereux qu’un jeune, d’une parce que c’est souvent bien plus malin, de deux parce que ça a tout son temps pour ressasser les mêmes histoires et faire chier le monde, et de trois parce quand on a un pied dans la tombe, il n’y a pas grand chose qui vous fait peur.

« Mais dites voir !!!  Le blanc-bec là ! C’est pas lui qui a agressé les p’tites jumelles rousses en ville ?!?! » L’attroupement grandissait, c’était à qui pouvait mettre son grain de sel. « Mais siiii !!!! Nina, une des deux naines  me l’a raconté pas plus tard que ce matin  ! Le gars lui a foncé dessus et a menacé de lui fracasser la tête et de la noyer dans les canaux !!! ». Marthe mimait la scène. « OOOOOHHHH ?!???? Noooooon, c’est pas vrai !!!! » rajouta une autre commère.

« Siiiiii j’vous diiiiiis !!!! ». Marthe rosissait du plaisir de raconter. André, un vieux soldat qui passait des jours tranquilles dans une petite maison des faubourgs se sentit l’âme chevaleresque. « Mais il faut prévenir la Garde ! Faut pas laisser ce gars là faire n’importe quoi sans réagir !!! S’attaquer à des dames, tout de même !!!». Marthe, qui avait l’air d’en pincer pour lui en secret le regarda tout émoustillée. « Ah mais c’est trop tard, M’sieur André, elles y sont allées, les deux jumelles, et il y a eu un défilé de gardes par ici hier soir, même que la petite brune qui travaille là-bas est rentrée bien tard chez elle. Et elle avait l’air bien énervée! ».

André se rapprocha de Marthe, enfin conscient de l’effet qu’il lui faisait. « Bon, parce que moi, je vais aller me plaindre au nom des citoyens du quartier, s’il faut, hein. Pas question que je vous laisse dans la crainte des voyous, Demoiselle Marthe ! ». L’ancienne boulangère minauda. « Demoiselle Marthe … comme vous y allez, M’sieur André… ».

On passera sur les suites de cette conversation qui prit un tour bien plus privé dans la soirée, mais une chose était sûre, tout le monde avait entendu parler de ce Blancbeck qui n’avait pas l’air bien malin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La pie raconteuse

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   Jeu 26 Juil - 13:24



Un appel à la mobilisation avait été placardé partout en ville et dans les faubourgs, impossible de passer à côté.

Or si certains des employés s’étaient questionnés sur la possibilité de leur engagement dans les forces civiles réquisitionnées, Marcel Pignac et sa collaboratrice, l’un à cause de son âge, l’autre faute de ne pas savoir se battre, avaient tous deux été très vite convaincus qu’ils seraient bien plus utiles à la communauté en proposant leurs services sur place, à condition que Mr Fossard soit d’accord.

Un courrier avait donc été envoyé vers le Nord où séjournait encore Oscar Fossard, une prise de contact
faite auprès des autorités, mais aussi quelques commandants ou capitaines,  puis des propositions faites, et enfin des engagements envisagés.

Bien sûr, il n’était pas toujours possible de répondre au mieux aux attentes d’une armée mobilisée pour partir au loin, mais « Marcel, la Maison Fossard peut et doit aider, avec les bêtes les plus adaptées, les plus solides métaux, dans les meilleurs temps et ce sans bénéfices. Il s’agit de notre soutien à l’Alliance, il doit être complet !!!» avait décrété le Grand Patron par pli express en réponse à la question de l’intendant.

Pendant que les civils suivaient les entraînements proposés, l’ensemble du personnel de la Maison Fossard s’était donc mobilisé pour parfaire le dressage de bêtes de charge et de monte capables d’affronter des mêlées guerrières,  et forger des armures adaptées aux différentes bêtes qui allaient probablement accompagner les troupes en formation.

La ville s’était comme vidée mais le domaine Fossard, lui,  n’avait peut-être jamais été aussi animé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La pie raconteuse

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   Ven 10 Aoû - 18:47



C’est un intendant particulièrement satisfait qui est sorti de la Chancellerie avec sa collaboratrice dans la soirée du 9 courant.

En effet, pendant plus d’une heure  Mr Marcel Pignac a enfin pu s’exprimer pleinement sur le souhait d’Oscar Fossard de soutenir les forces de l’alliance dans le conflit qui les oppose de nouveau violemment aux forces de la Horde et voir que cette proposition était entendue, reconnue et prise en compte.

Mr Pignac et sa collaboratrice ont ainsi pu constater que le nouveau Chancelier avait d’ores et déjà pris bonne mesure des différents problèmes qu’entraîne la guerre pour la cité, envisageant même l’achat d’un terrain pour accueillir les dons de ceux qui souhaitent soutenir l’effort de guerre, comme la Maison Fossard.

Au terme de l’entretien Mr Pignac a donc pu rapidement organiser la première livraison de bêtes de charge, et mettre en oeuvre l’arrivage et le dressage réguliers d’une dizaine de bêtes, toutes les trois semaines environ. Une action qui devrait rassurer le personnel légèrement mis à mal par l’invasion de réfugiés dans les faubourgs et un pas de plus vers l’intégration complète de la Maison Fossard dans le paysage hurleventois qui devrait satisfaire son propriétaire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysange Delabay

avatar

Féminin Messages : 288
Date d'inscription : 14/05/2018

MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   Jeu 20 Sep - 18:30



Dans les faubourgs, après plusieurs semaines où la population avait dû s’adapter à la présence parfois envahissante des réfugiés que le Roi tardait à reloger, de nouveaux comportements de voisinage étaient désormais en usage, attestant une fois encore de la solidarité des Hurleventois.

Au domaine Fossard, l’activité n’avait pas baissé, bien au contraire. Tandis que de nombreuses bêtes de charge transitaient chaque semaine par les écuries avant d’être livrées à l’Etat Major, on avait pu voir aller et venir de nombreuses personnalités comme le Duc d’Althain et sa Dame, venus prendre livraison de deux serpents arcaniques, l’épouse du capitaine Oberson pour sa jument blanche, les dirigeants de la fondation Ethernae pour un ensemble de bêtes reparties par portail, Dame Milloin et plusieurs membres des Industries Allen ainsi que plusieurs citoyens pour des bêtes de monte, souvent rares et dressées selon leurs désidératas.

De son côté Oscar Fossard, repoussé par les forces armées qui avaient investi la région de Stromgarde, avait dû quitter les terres d’Arathie où il capturait et dressait les chevaux qui seraient ensuite vendus dans la cité hurleventoise. Par ailleurs, alors qu’il avait prévu de rentrer sur Hurlevent pour décharger son intendant et reprendre sa place de dirigeant, «le patron » s’était mis en tête d’aider ses amis éleveurs qui, comme lui, devaient s’éloigner des combats, déplaçant hommes et bêtes du côté de Thelsamar, et comptant donc sur Marcel Pignac pour continuer à gérer ses affaires.

De son côté, malgré une activité quotidienne qui l’avait tout de même bien occupée, Lysange semblait nostalgique, ou rêveuse. Plusieurs fois déjà on avait pu l’entendre parler d’un voyage en bateau, ou des portails qui étaient mis à disposition par l’Etat major pour atteindre rapidement le port de Boralus. On l’avait vue aussi sur les quais, discuter et rire avec les marins de l’Implacable, et dans quelques boutiques vendant des produits venus de Kul Tiras. Il semblait donc que l’appel d’un ailleurs riche d’aventures et de nouveautés fut la raison de cette « nostalgie ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Maison FOSSARD au fil des jours   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Maison FOSSARD au fil des jours
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» 100 jours du Président Obama; Votons !
» Maison de Nara
» Maison de Riiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA MAISON FOSSARD :: Les rumeurs incessantes, faits et gestes de tous ceux qui passent ... :: Au fil des jours-
Sauter vers: